RETOUR A CIZRE

  • Escale à la Grange aux Belles

Exposition photographique de Jan Schmidt-Whitley

Vernissage le mercredi 24 mai, de 19h à 21h

A la suite de l’attentat de Suruç, le 20 juillet 2015, la trêve entre le PKK  (parti des travailleurs du Kurdistan) et l’armée turque avait été rompue. Progressivement la branche urbaine du groupe séparatiste kurde était alors sortie dans les rues de certaines agglomérations du sud-est du pays comme à Cizre. Les militants avaient alors défié le pouvoir turc en érigeant des barricades et en creusant des tranchées dans les quartiers qui leur étaient acquis. Face à cette situation, l’armée a commencé à imposer des couvre-feux puis a lancé des opérations militaires d’envergure. Le 2 mars 2016, les habitants de Cizre (120 000 habitants) majoritairement kurdes ont pu regagner les domiciles qu’ils avaient quittés mi-décembre 2015, ils découvrent alors un champ de ruines et cherchent tout au long du mois à reprendre possession des lieux. Selon le Parti démocratique des peuples (HDP, pro-kurde), au moins 167 civils ont été tués à Cizre.

www.jswhitley.com


Depuis 5 ans, Escale à la Grange aux Belles offre la parole à la jeune génération de photoreporters. Malgré des conditions de travail difficiles, risquées voire dangereuses, malgré le manque de publications dans les grands médias, ils sont les  témoins nécessaires des différentes réalités du monde, proches ou lointaines.

Cette année, au plus près de l’actualité marquée par la « crise des migrants » et la question des réfugiés, Escale à la Grange aux Belles expose les reportages de huit acteurs prometteurs du photojournalisme français, garants de la qualité de notre information. Tous, sensibles aux bouleversements de nos sociétés, portent un regard personnel sur la question de l’exil, de l’identité, du territoire.

Hugo Aymar, Romain Beurrier et Corentin Fohlen ont suivi pendant plusieurs mois des réfugiés sur le chemin de l’exil (en Europe de l’Est et en France, principalement) tandis que Jan Schmidt-Whitley a suivi des Kurdes de Turquie de retour dans les ruines de leur ville.

Eloïse Bollack, Delphine Blast, Julia Beurq, Anne Leroy et Elliott Verdier, quant à eux, remontent aux sources et mettent en lumière des peuples qui luttent pour l’attachement à leur territoire, leurs traditions, leurs racines, que ce soit en Cisjordanie, en Mongolie, en Roumanie ou en Colombie.

Ce cycle s’inscrit dans la démarche d’éducation populaire de l’association CRL10, une démarche culturelle construite sur des valeurs humanistes et démocratiques. Escale à la Grange aux Belles est un lieu de débats, de rencontres avec tous les publics et d’actions pédagogiques proposées aux établissements scolaires (initiation au regard, apprentissage de la lecture de l’image). Les photographes exposés accompagnent cette démarche en prenant la parole pour expliquer le contexte, les conditions de réalisation, les hors-champs de leur reportage. Avec ce cycle complet, Escale à la Grange aux Belles  propose aux publics –non-averti comme professionnel- de prendre le temps de la réflexion.

Date: 

Du mardi 23 mai au vendredi 16 juin

Tarif: 

Entrée libre

Centre d'animation: 

6 rue Boy Zelenski / renseignements : 01 42 03 40 78